Les Tarots et moi-1

Mon parcours spirituel est arrivé à l’aube de ma vie: j’étais une jeune fille “hypersensible” e introvertie, toujours dans mon propre monde, peuplé de voix, de légendes, d’arbres et de mystères. Je me sentais plus animal que humain, je comprenais mieux les plantes que les personnes. Une fois je me perdis dans la forêt et je « parlai » avec les arbres, qui m’accueillirent comme une de leur famille.

Entre mes douze et quatorze ans, une série de synchronicités m’ amenèrent à la découverte du monde celtique: la musique, mais aussi la littérature, l’art et le folklore. En même temps je rentrai aussi en possession de mon premier jeu de tarots, que ma mère, très allergique à tout ce qui est mystérieux, avait acheté “par erreur” dans un numéro de Femme Actuelle.

Je m’appropriai du jeu, j’en dévorai les pages d’explications et j’appris à tirer les cartes, sans doute en faisant tous les erreurs qu’il ne faut pas faire: je posais des questions qui requéraient une réponse complexe ou qui impliquaient un destin préfixé et immuable. Pour moi, éternelle hésitante, affligée d’un ascendant en Balance qui me fait douter de tout, les tarots remplaçaient l’adulte omniscient à qui j’aurais tant voulu confier ma vie, mes choix ( et avec eux, le libre arbitre!).

Mais mes recherches s’approfondirent. Je ne lisais pas seulement des livres sur les tarots ( qui disaient tout et le contraire de tout), mais aussi de développement personnel. Je fus aidée, bien sûr, par plusieurs professionnels qui passèrent dans ma vie: je découvris ainsi les fleurs de Bach, la kinésiologie, la Gestalt-thérapie, l’art-thérapie, la psychogénéalogie et les constellations familiales.

Ma passion pour les profondeurs est grande: ceux du moi, mais aussi ceux de l’histoire de l’humanité. Il m’est donc semblé naturel d’étudier l’ Archéologie. Mes intérêts étaient surtout dans les mythologies, les religions, les symbologies… et tout cela constitue les images des tarots, justement.

Tout ce que j’avais appris m’avait donné accès à une nouvelle forme de compréhension: que les réponses ne venaient pas d’un tas de cartes joliment imprimés à figures ésotériques, mais de l’inconscient. Avec mes études d’archéologie, je compris profondément les bases de la pensée d’où les tarots sont nés: parce que le symbolisme des tarots est une sorte de summa du savoir médiéval, d’origine biblique ou non. La numérologie des tarots, c’est la même qui régit les architectures sacrées. Les couleurs portent les mêmes messages que ceux utilisés par les peintres d’art sacrée. Encore plus en profondeur, le monde classique, sur lequel se fonde la culture médiévale, portait encore ses messages issus de sa mythologie, notamment pour les figures archétypales qui concernent la Nature: le Soleil, la Lune et tout ce qui se trouve dans l’univers.

Après mes études d’archéologie, j’ai eu le temps de suivre plusieurs cours de tarot. Celui que m’a plus marqué a été le tarot intuitif. Parmi les livres, mes préférés sont Jodorowsky et Biddy Tarot.

Au delà des tarots, mes centres d’intérêt spirituel sont le druidisme, les pouvoirs des plantes et des cristaux, les sons guérisseurs.

Dans le prochain article, comme j’ai fait des tarots une de mes professions…

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :