FR

6 septembre 2022

Pourquoi les licornes

Quand j’ai pensé à donner un nom à mon activité artistique, qui était et reste plutôt composite, les licornes étaient déjà dans mon imaginaire depuis bien longtemps. Je les ai simplement rassemblées dans une cour, qui évoque pour moi les cours médiévales, enchantés par des musiques , des récits fantastiques et des arts que je veux transmettre avec mon travail.
Mais pourquoi les licornes? Il y a plusieurs raisons assez profondes: bien sûr comme beaucoup de filles j’adorais les licornes dans mon enfance, mais cela devint bientôt un sujet d’étude plus approfondi. 

Tout d’abord, je n’aimais pas mon prénom et nom. Une fois, je fis le jeu de le recomposer en changeant l’ordre des lettres… et je découvris Esta Alicorni. D’ailleurs, la famille Alicorni existe vraiment, et est une des plus anciennes de l’aristocratie romaine. Mais en plus, il y a un lien entre la harpe et la licorne: la première est le symbole de l’Irlande, le deuxième, de l’Écosse;

La licorne, dans les mythologies anciennes d’Asie, était un animal alchimique, parce que il composait en soi le féminin et le masculin, et parce que, selon les légendes, il pouvait transformer l’eau empoisonnée en eau buvable ( comme le plomb en or). Passionnée d’ésotérisme, j’en fus de plus en plus intriguée. Il faudrait lire les volumes dédiés à la mythologie et aux significations ésotériques des licornes (je peux en proposer deux ici: “The Lore of the Unicorn” de Odell Shepard, et “Le livre de la Licorne” de Yvonne Caroutch). 

Pour moi, ce que je veux transmettre à travers les licornes, ce sont ses aspects magiques. Les animaux blancs, dans la mythologie celtique, sont magiques, envoyés par l’Autre Monde comme appâts pour attirer les héros, avec promesse d’une chasse sacrée, vers le Pays des Fées. Les contes chevaleresques du moyen-âge français sont riches de ces épisodes, où l’animal est souvent un sanglier, un cerf ou une biche. Vers le XV siècle, cet imaginaire est remplacé par la licorne, avec la même fonction.

Dans ma vie, aussi, la licorne s’est présentée pour m’amener « chez moi » sur plusieurs  plans : comme je disais, celui de l’ésotérisme, mais encore avant,ce fut en partie ma passion pour les tapisseries de la Dame à la Licorne à me décider à vouloir connaître l’art médiéval. Il en découla une maîtrise en archéologie médiévale : je suis restée fidèle à cette passion.

Je choisis Venise comme me deuxième patrie (la Bretagne en est en fait la troisième, nombre sacré celtique, d’ailleurs) peut-être aussi attirée par les cornes de licornes qu’y sont conservés au musée Correr, uniques au monde?

Du côté musical, ce n’est peut-être pas un hasard que mon tout premier cd de harpe celtique que j’ai réçu en cadeau à l’age de 12 ans était «  The Mask and Mirror » de Loreena McKennitt. Si vous le connaissez, cela vous sautera tout de suite à l’œil que sur la couverture il y a une licorne ( tirée de la tapisserie de la « Chasse à la licorne » du XV siècle).

Voici ce que vous attend dans la cour des licornes. Magie, ésotérisme, alchimie, les origines de mon parcours musical, culturel et créatif.

Elisa nicotra

Quand on me demande qu'est ce que je fais dans la vie, je suis bien embarrassée de répondre. En résumant, je pourrais dire que j'ai consacré toute ma vie à chercher et offrir la beauté – cette petite ineptie si fondamentale au bien-être de tout être vivant- pour ma survie et celle de tous ceux qui en ont un besoin fondamental. Et je m'en tiens honorée.

à propos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chercher sur le blog
Parcourir par catégorie

Catégories

Je suis Elisa Nicotra, une harpiste, chanteuse-auteure et écrivaine au service de la Féerie et de tous ceux qui en ont nostalgie. Bienvenue dans ma cour de miracles, d'art, de mythes et de rites.

© 2022 Elisa Nicotra La Cour Des Licornes | Privacy Policy | Brand & Web design Miel Café Design
usercartcross